La restauration de l’habitat salmonicole sur l’Ourcq (02)

Présente dans les cours d’eau de 1ère catégorie piscicole, la Truite fario est un salmonidé très convoité par les pêcheurs. C’est en automne que les géniteurs vont remonter les cours d’eau à la recherche de frayères. Ces zones sont généralement peu profondes et soumises à un courant modéré. Le substrat est majoritairement composé d’un lit de fins graviers et de cailloux. Lors de la reproduction, la femelle va creuser un trou afin d’y pondre ses œufs, puis va les recouvrir de graviers après fécondation par un ou plusieurs mâles.

En France, l’alevinage (peuplement du cours d’eau avec des alevins) est fréquemment utilisé, faute de reproduction naturelle suffisante. En effet, la truite voit ses habitats de croissance disparaître notamment à cause de l’action de l’Homme (curage, canalisation des cours d’eau, construction d’ouvrage). La perturbation majeure reste le colmatage du substrat ; il s’agit de matières en suspension, provoqué, entre autre, par l’érosion des sols (culture), qui va induire une forte mortalité des œufs.

Fort de ce constat, la Fédération de l’Aisne pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique a mené un diagnostic hydromorphologique afin de confirmer de la nécessité de mener des travaux de restauration sur l’Ourcq au niveau de la commune de Breny. Lors de ce diagnostic, des tuites fario ont été observées, certaines mêmes actives sur de rares zones de frayères potentielles. Or, le substrat est malheureusement colmaté et peu mobile, ce qui rend la reproduction inefficace.  L’absence d’un substrat de granulométrie adaptée est l’un des grands points noirs du tronçon. Ce constat a été confirmé par l’absence de juvéniles après la période de reproduction.

Afin de rendre sa fonctionnalité au site, il a été décidé d’aménager le tronçon par une recharge granulométrique.

De quels travaux s’agit-il ?

En amont des travaux, plusieurs visites du site ont été nécessaire afin de présenter le projet aux entreprises intéressées, au syndicat de rivière mais aussi aux différents partenaires financiers.

Les travaux ont consisté à :

  • Bucheronner-élaguer afin de créer une piste le long du cours d’eau pour faciliter l’accès des engins et faciliter le dépôt des granulats le long de l’Ourcq
  • Une recharge granulométrique : 140 mètres cubes ont pu être répartis sur le cours d’eau sur sept zones différentes
  • Remettre en état la bande riveraine

Combien ça coûte ?

Finalement, ce sont 18 517 euros qui ont été utiles à l’aménagement de ce tronçon. L’Agence de l’Eau Seine-Normandie, l’Entente Marne, la Fédération Nationale de Pêche en France et la Fédération de l’Aisne pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique ont participé au financement de l’action.

Et ensuite ?

Afin de pouvoir observer les bénéfices des aménagements, divers suivis sont prévus :

  • Suivi de la mobilité du substrat : ce suivi photographique permettra de se rendre compte de l’évolution des zones rechargées en substrat. Il est ici question d’évaluer la mobilité des granulats, qui pourraient être déplacés au gré du courant,
  • Colmatage : ce suivi consiste en l’implant de baguette en bois dans le sol. Après 4 semaines, ces sticks sont retirés et analysés : la surface teintée représente une profondeur de substrat non oxygénée tandis qu’une surface ayant conservé la couleur naturelle du bois correspondra à une profondeur de substrat oxygénée.
  • Comptage de nids de ponte
  • Pêche électrique 3 ans après les travaux

De plus, différentes actions sont prévues afin d’améliorer la fonctionnalité de ces aménagements :

  • un décolmatage des frayères est prévu dans le Plan de Gestion Piscicole de l’AAPPMA de Neuilly-Saint-Front afin de maintenir la fonctionnalité des zones de frayères sur le long terme.
  • La création de caches et d’épis permettra d’améliorer la capacité d’accueil
  • Une extension du tronçon actuel vers l’aval sur environ 2 500 mètres pourrait être envisagé en fonction de l’évolution du site restauré

En 2017, la Fédération de l’Aisne pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique a mis en place une session de pêche ciblée sur les juvéniles de Truites. Une cinquantaine d’individus de différentes classes ont été capturés ce qui atteste de la bonne fonctionnalité du milieu.

Retour aux actualités