La restauration d’un ancien méandre de l’Oise à Brissy Hamégicourt

Parmi les écosystèmes les plus menacés dans le monde se trouve les zones humides. Ces espaces, d’abord connus comme insalubres, sont maintenant considérés comme les milieux les plus productifs au monde. Ce sont de véritables réservoirs de biodiversité.

On y trouve entre autre le brochet, carnassier de nos eaux douces. Ce poisson, classé comme étant vulnérable dans nos cours d’eau (liste rouge IUCN), est menacé par la disparition des zones humides. En effet, les géniteurs recherchent des annexes alluviales pourvues de végétation herbacée faiblement submergée afin d’y déposer leurs œufs. Ces espaces sont de plus en plus rares et dégradés ce qui ne permet pas la reproduction de l’espèce.

C’est dans ce contexte que la Fédération de l’Aisne pour la Pêche et pour la Protection du Milieu Aquatique a entrepris en 2017 la restauration d’un ancien méandre de l’Oise afin de l’aménager en frayère pour les brochets. Le site est localisé à Brissy Hamégicourt.

De quels travaux s’agit-il ?

Le site se trouvant sur deux parcelles, l’accord des différents propriétaires a permis de faciliter l’exécution et la gestion des travaux.

Les travaux ont consisté en :

  • Le déboisement de la parcelle a permis d’augmenter l’ensoleillement et permettre ainsi le développement de la végétation herbacée, support de ponte du brochet. De plus, les peupliers situés en bordure immédiate de l’annexe ont été abattu.
  • Travaux de terrassement : à l’aide d’une pelle mécanique, les berges ont été modifiées. Cela a permis d’augmenter la surface utile et permettre une meilleure communication avec le cours d’eau lors de la période de reproduction.
  • La mise en place d’un ouvrage permettant l’immersion de la zone en période de reproduction.
  • Ensemencement de la parcelle

Combien ça coûte ?

Le montant total de l’opération s’élève à 11 839.20 € TTC. L’agence de l’Eau Seine Normandie a participé à hauteur de 80%. La fédération de l’Aisne et l’AAPPMA «S’Béchois Ribermontois» se sont partagés les 20% restants.

Retour aux actualités