La restauration d’une annexe hydraulique : la Seine dans l’Aube

Les zones humides rendent de nombreux services. En effet, ces espaces participent au maintient de la qualité de l‘eau, à la recharge en eau des nappes phréatiques ainsi qu’à la régulation des flux hydriques. Véritables réservoirs de biodiversité, les annexes alluviales accueillent une multitude d’espèces tant faunistiques que florales.

Le brochet est un poisson qui a besoin d’accéder à ces zones pour compléter son cycle de développement. En effet, lorsque les rivières sont en crue, les géniteurs sortent du lit pour accéder aux zones humides dans le but de se reproduire. Seulement, des annexes déconnectées de la rivière ou en mauvais état ne permettent pas la reproduction de cette espèces classée vulnérable en France selon l’UICN.

C’est pourquoi, la Fédération de l’Aube pour la Pêche et pour la Protection du Milieu Aquatique a entrepris en 2014 des travaux de restauration d’une annexe hydraulique de la Seine : le Chanteloup à Savières (10).

De quels travaux s’agit-il ?

Les travaux se sont déroulés en trois temps. Ils ont consisté à :

  • Restaurer la continuité hydraulique et biologique en intervenant sur le profil en long du bras mort. Les matériaux extraits du lit ont été régalés sur une parcelle communale, en vue d’une extension d’une ZAC.
  • Un entretien sélectif de la végétation rivulaire et des embâcles. Le bois issu de l’intervention a par la suite été mis à disposition des habitants de la commune par la commune.
  • Aménager un passage à gué ainsi que trois mises à l’eau à Savières, à Marnay-sur-Seine et à Courceroy.

Combien ça coûte ?

Le montant de l’opération s’élève à 68 750 € TTC. L’Agence de l’Eau Seine Normandie, le Conseil Régional Champagne Ardenne ainsi que les collectivités piscicoles ont participé au financement de l’action.

Retour aux actualités