Ripisylve : définition

La ripisylve représente l’ensemble des végétaux se développant au bord des cours d’eau. Du latin ripa pour rive et sylve forêt, cet écotone est essentiel au bon fonctionnement de nos rivières. On distingue la ripisylve qui est située à proximité immédiate du cours d’eau, de la forêt alluviale qui s’étend dans le lit majeur.

Les végétaux constituant la ripisylve sont notamment des essences de bois tendre ce qui leur permet de se ployer au gré des mouvements de l’eau, il s’agit principalement de :

  • la strate herbacée représentée par les orties, les prêles, les joncs,…
  • la strate arbustive : fusain, cornouiller, saules buissonnants, troène,…
  • la strate arborescente représentée par les aulnes, peupliers noirs, frênes,…
Joncs, ©Laurent Madelon, FNPF

Ripisylve : à quoi ça sert ?

La ripisylve est indispensable au bon fonctionnement de la rivière, elle permet notamment de :

  • Maintenir les berges, en effet les racines de la végétation constituant la ripisylve permettent de limiter les phénomènes d’érosion des berges. Ainsi, plus le système racinaire est profond, meilleure sera la protection.
  • Limiter le risque inondation. La ripisylve permet de dissiper la force de l’eau ; elle limite ainsi l’érosion excessive.
  • Epurer l’eau : la ripisylve est une zone tampon entre le bassin versant et la rivière. Les polluants d’origine agricole, industrielle et domestique sont absorbés par la végétation qui participe ainsi à l’épuration de l’eau. La fixation des nitrates, phosphates et autre molécules provenant du ruissellement des sols est essentielle pour limiter les pollutions chimiques de l’eau de la rivière et de la nappe alluviale. De plus, la ripisylve favorise l’infiltration de l’eau dans la nappe alluviale. Enfin, ce filtre naturel, et soit dit en passant gratuit, a également une fonction épuratoire des eaux de la rivière.
  • Limiter le réchauffement de l’eau, de part l’ombrage apporté par sa végétation, la ripisylve limite la quantité de lumière atteignant l’eau ; elle limite ainsi l’augmentation de la température de l’eau et donc le phénomène d’eutrophisation. Elle limite également l’évaporation de l’eau en période estivale.
  • Diversifier le milieu, pour la biodiversité comme pour l’Homme, la ripisylve apporte de la diversité et améliore le caractère d’un territoire.

La ripisylve a également une fonction écologique. En effet elle propose des habitats variés, c’est également une source d’alimentation ainsi qu’une zone de refuge pour de nombreuses espèces telles que le martin pêcheur, le castor d’Europe, les coléoptères,…

Des fonctions essentielles et pourtant de nombreux cours d’eau sont à nus

L’aménagement du lit majeur des rivières à des fins agricoles, industrielles ou d’urbanisation ainsi que la chenalisation des cours d’eau sont les principales causes de la disparition des ripisylves. La populiculture (culture de peupliers) ainsi que l’invasion de Renouée du Japon ou d’érables negundo (ces dernières étant des espèces susceptibles de provoquer des déséquilibres biologiques) n’arrangent en rien l’état de santé des ripisylves françaises. Le constat est pourtant sans appel, la destruction de la ripisylve participe au dysfonctionnement des rivières. Pour pallier à cela, des actions de restauration de ripisylve sont entreprises, voir notre page dédiée à la restauration des cours d’eau.

Aller + loin