leS FAMILLES DE POISSONS D’EAU DOUCE

Les poissons du bassin Seine-Normandie sont répartis en trois sous classes que sont les Chondrostéens, les Lépisostéens ainsi que les Téléostéens. Ces trois sous classes appartiennent à la classes des Actinoptérygiens qui permet (entre autres) de différencier les poissons des espèces évoluant vers un passage à la vie terrestre.

La lamproie de planer n’est pas un poisson, il s’agit d’un Agnathe; soit, d’un individu dépourvu de mâchoire, présentant une ventouse buccale et une métamorphose dans son cycle de développement permettant de passer d’une larve ammocète à un adulte différencié capable de nager.

La sous-classe des Téléostéens est la plus représentée avec plus de 20 000 espèces différentes. En effet, elle regroupe les perches, les carpes, les truites, les silures, … Tant de morphologies et d’écologies différentes. Mais alors, pourquoi tant d’espèces regroupées dans une même sous-classe ? Il semblerait que la capacité à capturer les proies par aspiration soit le critère de classification des Téléostéens. Concrètement, le poisson projette sa bouche grâce à la mobilité de sa mâchoire ce qui lui permet de créer un flux d’aspiration et ainsi de gober sa proie. Plus besoin d’être un expert en évolution; alors, si vous voyez un poisson d’eau douce chasser de la sorte, il n’y a pas de doute à avoir!

Pour aller plus loin…

L’aspiration des Téléostéens en images

les cyprinidés

La famille des Cyprinidés regroupe près de 3 000 espèces de poissons d’eau douce avec notamment la carpe, le goujon, le barbeau et la tanche.

Les cyprinidés ont des mâchoires édentées mais possèdent des dents pharyngiennes, soit sur le dernier arc branchial situé sous l’opercule. Ces dents particulières permettent la mastication, d’escargot ou d’algue notamment : les cyprinidés sont omnivores.

Cette famille pond sur un substrat et laisse les œufs sans surveillance, il s’agit là de pondre beaucoup  pour peu d’individus survivants : c’est la stratégie r. Exception faite pour la bouvière qui pond ses œufs dans des moules d’eau douce ce qui lui garantis un meilleur succès reproducteur.

Les barbillons sont spécifiques aux espèces benthophages fouisseuses telles que le barbeau, la carpe, le goujon et la tanche. C’est à dire que ces espèces se nourrissent de ce qu’elles trouvent sur le substrat, au fond de l’eau. Les lèvres cornées quant à elles représentent les espèces racleuses telles que le hotu et le toxostome. Ces espèces frottent les substrats durs comme les rochers. La famille des cyprinidés regroupe plus de 80% des espèces piscicoles du bassin Seine-Normandie.

La zone cyprinicole regroupe les zones à barbeaux et à brèmes, il s’agit donc des parties les plus en aval des bassins versants, où les eaux sont tièdes calmes et le profil de la rivière plutôt large.

les salmonidés

Cette famille est caractérisée par la présence d’une nageoire adipeuse entre la nageoire dorsale et la caudale. Les poissons présentent également un corps fusiforme, taillé pour la vitesse et le saut. Les salmonidés sont représentés par le saumon, la truite, l’ombre commun (ci-contre), l’omble de fontaine pour ne citer qu’eux. Les salmonidés sont très sensibles aux perturbations anthropiques des cours d’eau, qu’elles soient d’ordre physique ou chimiques.

La zone salmonicole correspond aux têtes des bassins versants. Elle regroupe les zones à truites et à ombres. Les eaux sont fraiches et oxygénées, les vitesses de courant importantes.

les siluridés

Cette famille est caractérisée par des poissons présentant trois paires de barbillons, une longue nageoire anale qui représente 2/3 de la longueur de l’animal. La peau est souvent nue, sans écailles.

Sur le bassin Seine-Normandie, cette famille est représentée par le silure. Il s’agit d’une espèce carnivore opportuniste, capable de pondre 30 000 oeufs par kg de femelle.

Les percidés

La famille des percidés est caractérisée par un corps allongé ainsi que par la présence de deux nageoires dorsales : l’une à rayons épineux développés et l’autre à rayons épineux mous. La grémille, la perche et le sandre sont les espèces appartenant à cette famille.

La sous-famille Percinae, représentée par la perche, est caractérisée par de grandes épines anales.