Plantation d’une ripisylve à Gamaches (80)

La ripisylve représente l’ensemble des formations végétales qui se développent sur le bord des cours d’eau. Sa présence est très importante car elle offre de nombreux avantages écologiques.

Tout d’abord, elle offre une diversité d’habitats à la faune aquatique ce qui va lui permettre de se nourrir, de se cacher et/ou de se reproduire. De plus, l’ombrage procuré par la végétation va permettre de maintenir une température fraîche et une bonne oxygénation de l’eau. Cela va ainsi limiter le phénomène d’eutrophisation, qui est l’apport excessif de substances nutritives (nitrates et phosphates) pouvant entraîner la prolifération des végétaux aquatiques, un appauvrissement en oxygène et un déséquilibre de l’écosystème.

La ripisylve assure aussi un apport constant en matière organique, et préserve ainsi la chaîne alimentaire du cours d’eau. Elle améliore par ailleurs sa qualité hydromorphologique en protégeant les berges de l’érosion (grâce aux racines). Enfin, elle réduit  la pollution en absorbant une partie des nitrates, phosphates et pesticides qui peuvent se retrouver dans l’eau. S’ajoute à ces avantages écologiques un véritable avantage paysager de la ripisylve.

focus sur l’action

En 2015, à la demande de la commune de Gamaches, un diagnostic a été effectué par le Centre régional de la propriété forestière des Hauts de France (aujourd’hui CNPF) et a permis d’identifier deux sites où une plantation de ripisylve serait bénéfique.

Pour le premier site, le long de la Bresle, une plantation de ripisylve permettrait notamment de maintenir les berges, de diversifier les habitats pour la faune aquatique, d’assurer la fonction de corridor biologique, etc. Pour le 2ème site, le long de la Vimeuse, la ripisylve limiterait l’importation de cresson en été dans le lit mineur, ainsi que la dégradation du pied de berge, déjà légèrement érodé.

En 2017, la commune décide donc, en partenariat avec la Fédération de pêche et de protection des milieux aquatiques de la Somme et le CNPF, d’entreprendre des travaux de restauration de la ripisylve.

Quels travaux ont été entrepris?

Les travaux ont eu lieu en février 2017, ils ont été réalisés en partenariat avec une classe de la Maison Familiale et Rurale d’Yzengremer. Une demie journée de formation a été organisée au sein de la classe par la FDPPMA 80. Elle a ensuite encadré les élèves lors de la phase de chantier.

Les travaux ont consisté en :

  • La préparation du terrain par fauchage et broyage de la végétation présente avant travaux,
  • La plantation d’arbres et d’arbustes sur les 2 sites : saules, aulnes glutineux, arbres fruitiers, ….
  • Le paillage des plants pour assurer leur reprise et leur développement, également pour les protéger des dégâts causés par la faune.

Combien ça coûte?

Les travaux, d’un montant de 7628,01 € TTC, ont été financés par la commune de Gamaches, les fonds européens FEDER, la Fédération nationale de la pêche en France ainsi que par la FDPPMA 80.

Et après?

Un ingénieur forestier du CNPF a effectué un suivi en septembre 2017, soit 8 mois après les travaux. Les résultats de ce suivi montrent un avenir prometteur, puisque le taux de réussite de la plantation s’élève à plus de 93% pour les deux sites. Il faudra toutefois maintenir un entretien et un suivi régulier de la ripisylve, qui sera assuré par la FDPPMA80 avec le soutien du CNPF.

En parallèle, un panneau explicatif valorisant l’action auprès du grand public a été inauguré en décembre 2018.

Retour aux actualités