Fédérations Départementales pour la Pêche et pour la Protection du Milieu Aquatique

Accueil|Fédérations Départementales pour la Pêche et pour la Protection du Milieu Aquatique

La restauration de la Cousances à Souilly (55)

 La Consances est un cours d’eau qui coule dans le département de la Meuse. De première catégorie piscicole, il accueille principalement des espèces comme la loche franche, le vairon ou encore la truite fario. Cette dernière est l'espèce repère de ce type de cours d’eau. Depuis plusieurs années, la reproduction naturelle n’est plus suffisante ; c’est

La restauration du moulin de Chaudefontaine (51)

Le brochet est une espèce emblématique de nos cours d’eau. De statut « préoccupation mineure » dans le monde, il est pourtant « vulnérable » en France (liste rouge UICN). Le déclin de la population est notamment dû à la disparition de ses zones de reproduction. En effet, cette espèce dite « phytophile » a la caractéristique de pondre ses œufs sur

Etude sur les déplacements du silure à la passe à poissons du barrage du Carandeau (60)

Le silure glane est une espèce indigène dans une grande partie de l’Europe. En France, des fossiles attestent de sa présence il y a 8 millions d’années, bien qu’il ait par la suite disparu pendant plusieurs siècles. Le silure est d’abord réapparu dans la Sane morte via des déversements, puis il a ensuite rejoint la Saône et

Etude sur le ruisseau de Sardy et de ses affluents (58)

Le Ruisseau de Sardy est un affluent de l’Yonne qui coule dans le département de la Nièvre. Très peu de connaissances sont disponibles sur cette masse d’eau. La Fédération de la Nièvre pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique a donc initié une étude sur celle-ci afin de recenser le potentiel biologique ainsi

La restauration d’une annexe : Brissy Hamégicourt

Depuis le début du XXe siècle, on estime que 67% des zones humides ont disparues en France métropolitaine. Triste constat. D’autant plus que les zones humides sont des écosystèmes à part entière, riches de biodiversité. Les zones humides sont essentielles à l’équilibre fluvial des cours d’eau, à la qualité de l’eau, à la vie des espèces inféodées

La restauration d’une parcelle humide : la Fère

« On entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire, ou dont la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année  » (Code de l’environnement – art. L211-1). La faune phytophile -qui

La restauration de deux frayères en rive droite de la Marne

La Marne est une rivière qui, depuis de nombreuses années, subit des actions de l’Homme : chenalisation (aménagements de cours d’eau visant à améliorer son écoulement), construction de barrage, d’écluses… Ce cours d’eau de seconde catégorie piscicole, accueille principalement des cyprinidés (carpe, vairon…) et des carnassiers, comme le brochet. Cette espèce, actuellement classée comme « vulnérable » (liste UICN), est notamment menacée

La restauration d’un ancien méandre de la Vesle

Le Brochet remonte les cours d’eau durant l’hiver afin de trouver un lieu adéquat pour sa reproduction lors des crues printanières. Il fréquente notamment les annexes alluviales, caractérisées par de faible courant et profondeur. Le Brochet est une espèce phytophile, c’est-à-dire que les femelles pondent leurs œufs sur de la végétation herbacée. Ces œufs mettront ensuite une dizaine de jour

La restauration de la continuité écologique en forêt domaniale de Saint Michel (02)

Le ruisseau de Fourchamp est un affluent de l’Artoise, un cours d’eau qui a obtenu le prestigieux label rivières sauvages, qui valorise la qualité écologique du site. Le Grand Riaux est lui, comme l’Artoise, un affluent du Gland et est considéré comme « réservoir biologique », au titre de l’article L214-17 du code de l’environnement, c’est-à-dire que de nombreuses espèces peuvent

La restauration hydromorphologique de la Brèche (60)

La Brèche est une rivière qui coule dans le département de l’Oise, et qui, comme beaucoup d’autres cours d’eau, a connu de nombreux travaux de rectification. Ils ont souvent été élargis et leur méandre supprimé afin de lutter contre les inondations lors des périodes de crues. Ces aménagements ont finalement généré des problèmes d’écoulements en période de basses et de moyennes eaux.

Go to Top