Fédérations Départementales pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique

Accueil|Fédérations Départementales pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique

Restauration de la continuité écologique sur la Soude et la Somme-soude (51)

La continuité écologique, c’est la libre circulation des poissons et des sédiments. Lorsqu’un ouvrage tel qu’un barrage ou une buse est présent sur un cours d’eau, il porte atteinte à cette continuité écologique. Afin de la rétablir sur nos rivières, un classement en deux listes a été mis en place au titre de l’article

Restauration d’une frayère sur l’Armance à Avreuil (10)

L’Armance est un cours d'eau classé en seconde catégorie piscicole, l'espèce repère est donc le brochet. Ce dernier a besoin de zones humides fonctionnelles pour se reproduire. On appelle continuité latérale la connexion entre le cours d'eau et les zones humides, zones annexes au cours d'eau. Cette continuité est essentielle pour permettre le passage

Restauration hydromorphologique du Vivier à Andelot-Blancheville (52)

De première catégorie piscicole le ruisseau du Vivier présente une bonne qualité d'eau. Seulement, le piétinement régulier du bétail porte atteinte à la qualité hydromorphologique du Vivier. Ce piétinement a pour conséquences l'érosion des berges, l'absence de ripisylve, l'incision du lit et une faible diversité des écoulements. Le cours d'eau n'offre alors que des

Restauration hydromorphologique de la Laigne (21)

La Laigne est un cours d’eau situé dans le département de la Côte d’Or. Comme la plupart des cours d’eau français, cette rivière a connu de nombreuses actions humaines : curage, recalibrage… Ce qui a conduit à la banalisation du cours d’eau. Ainsi, les habitats disponibles pour les poissons se raréfient dans les secteurs les

Effacement du seuil du moulin d’Esquéhéries (02)

En 2020, un ouvrage bloquant la continuité écologique a été recensé tous les 5 km de cours d'eau en France métropolitaine.  Ces ouvrages construits par l’Homme, constituent des obstacles à la continuité écologique. Cette notion regroupe à la fois la continuité sédimentaire et piscicole. Ces deux points ont été introduits par la Directive Cadre

La restauration de la zone humide du moulin de Chaudefontaine (51)

De statut « vulnérable » en France (liste rouge UICN), le déclin du brochet est notamment dû à la disparition de ses zones de reproduction. En effet, cette espèce dite « phytophile » a la caractéristique de pondre ses œufs sur un substrat enherbé et peu profond. On en retrouve notamment dans certaines zones

Restauration de l’habitat salmonicole sur l’Ourcq (02)

C’est en automne que les géniteurs de truite fario remontent les cours d’eau à la recherche de frayères. Ces zones sont généralement peu profondes et soumises à un courant modéré. Le substrat est majoritairement composé d’un lit de fins graviers et de cailloux. Lors de la reproduction, la femelle va creuser une cuvette afin d’y pondre ses

Aménagement d’une frayère à brochets sur l’Oise (02)

Le Brochet est une espèce emblématique de nos rivières. Ce carnassier au cycle de vie bien particulier, voit ses populations au sein du milieu naturel décliner, comparativement à son abondance passée. Un déficit de ses habitats a été remarqué, notamment lié à la canalisation des cours d’eau et au dysfonctionnement des zones humides. C’est dans ces dernières que le brochet va

Restauration hydromorphologique de l’Auxois à Ruages (58)

Du fait d’anciens travaux de recalibrage et d’un manque d’entretien de la végétation rivulaire, l’hydromorphologie de l’Auxois, un cours de seconde catégorie piscicole, est de qualité limitée. De telles pratiques ont en effet des impacts négatifs sur les caractéristiques physico chimiques et morphologiques des cours d’eau. Pour l’Auxois, elles ont conduit à un colmatage du substrat, à une incision du lit mineur (enfoncement

Restauration de la continuité écologique sur 5 affluents de l’Yonne (58)

Pour se reproduire, la truite fario recherche des zones peu profondes, bien oxygénées, au courant élevé et avec un substrat composé de petits cailloux et de graviers. La femelle creuse une cuvette pour déposer ses œufs non fécondés. Un ou plusieurs mâles viennent ensuite déposer leur laitance. Une fois la laitance déposée, la femelle

Aller en haut