Fédérations Départementales pour la Pêche et pour la Protection du Milieu Aquatique

Accueil|Fédérations Départementales pour la Pêche et pour la Protection du Milieu Aquatique

Effacement du seuil du moulin d’Esquéhéries (02)

En 2020, un ouvrage bloquant la continuité écologique a été recensé tous les 5 km de cours d'eau en France métropolitaine.  Ces ouvrages construits par l’Homme, constituent des obstacles à la continuité écologique. Cette notion regroupe à la fois la continuité sédimentaire et piscicole. Ces deux points ont été introduits par la Directive Cadre

La restauration de la zone humide du moulin de Chaudefontaine (51)

De statut « vulnérable » en France (liste rouge UICN), le déclin du brochet est notamment dû à la disparition de ses zones de reproduction. En effet, cette espèce dite « phytophile » a la caractéristique de pondre ses œufs sur un substrat enherbé et peu profond. On en retrouve notamment dans certaines zones

Restauration de la frayère d’Aulnois (02)

Le brochet est un des poissons les plus recherché par les pêcheurs. Ce poisson au cycle de vie complexe, séjourne dans les cours d’eau et lors de la période de reproduction, les géniteurs cherchent un site propice. Ces sites, ou frayères, sont caractérisés par une faible profondeur, une eau claire avec peu de courant, une température comprise entre 6 et

Restauration de l’habitat salmonicole sur l’Ourcq (02)

C’est en automne que les géniteurs de truite fario remontent les cours d’eau à la recherche de frayères. Ces zones sont généralement peu profondes et soumises à un courant modéré. Le substrat est majoritairement composé d’un lit de fins graviers et de cailloux. Lors de la reproduction, la femelle va creuser une cuvette afin d’y pondre ses

Aménagement d’une frayère à brochets sur l’Oise (02)

Le Brochet est une espèce emblématique de nos rivières. Ce carnassier au cycle de vie bien particulier, voit ses populations au sein du milieu naturel décliner, comparativement à son abondance passée. Un déficit de ses habitats a été remarqué, notamment lié à la canalisation des cours d’eau et au dysfonctionnement des zones humides. C’est dans ces dernières que le brochet va

Restauration hydromorphologique de l’Auxois à Ruages (58)

Du fait d’anciens travaux de recalibrage et d’un manque d’entretien de la végétation rivulaire, l’hydromorphologie de l’Auxois, un cours de seconde catégorie piscicole, est de qualité limitée. De telles pratiques ont en effet des impacts négatifs sur les caractéristiques physico chimiques et morphologiques des cours d’eau. Pour l’Auxois, elles ont conduit à un colmatage du substrat, à une incision du lit mineur (enfoncement

Restauration de la continuité écologique sur 5 affluents de l’Yonne (58)

Pour se reproduire, la truite fario recherche des zones peu profondes, bien oxygénées, au courant élevé et avec un substrat composé de petits cailloux et de graviers. La femelle creuse une cuvette pour déposer ses œufs non fécondés. Un ou plusieurs mâles viennent ensuite déposer leur laitance. Une fois la laitance déposée, la femelle

La restauration de la Cousances à Souilly (55)

 La Consances est un cours d’eau qui coule dans le département de la Meuse. De première catégorie piscicole, il accueille principalement des espèces comme la loche franche, le vairon ou encore la truite fario. Cette dernière est l'espèce repère de ce type de cours d’eau. Depuis plusieurs années, la reproduction naturelle n’est plus suffisante ; c’est

Etude sur les déplacements du silure à la passe à poissons du barrage du Carandeau (60)

Le silure glane est une espèce indigène dans une grande partie de l’Europe. En France, des fossiles attestent de sa présence il y a 8 millions d’années, bien qu’il ait par la suite disparu pendant plusieurs siècles. Le silure est d’abord réapparu dans la Sane morte via des déversements, puis il a ensuite rejoint la Saône et

Etude sur le ruisseau de Sardy et de ses affluents (58)

Le Ruisseau de Sardy est un affluent de l’Yonne qui coule dans le département de la Nièvre. Très peu de connaissances sont disponibles sur cette masse d’eau. La Fédération de la Nièvre pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique a donc initié une étude sur celle-ci afin de recenser le potentiel biologique ainsi

Aller en haut