Restauration d’une frayère à brochet sur l’Île au Noyer (76)

Pour se reproduire, le brochet a besoin de zones humides ; ce sont des annexes latérales au cours d’eau. Ces zones doivent être d’une hauteur d’eau inférieure à un mètre, riches en végétation aquatique ou semi aquatique et inondables de février à juin pour permettre la frai (ponte des œufs des poissons) et le développement des alevins de l’espèce. La reproduction du brochet

L’effacement du seuil de la ferme du château d’Imbleville (76)

Le seuil de la ferme du Château d’Imbleville est un obstacle à la continuité écologique situé sur la Saâne, un fleuve de première catégorie piscicole. Il est, par ailleurs, classé en liste 2 au titre de l’article L214-17 du code de l’environnement. Par conséquent : « tout ouvrage doit y être géré, entretenu et équipé ». C’est pourquoi, en 2011,

Effacement du seuil du moulin Bleu (76)

La Béthune est un cours d’eau classé en liste 1 et 2 de l’article L214-17 du Code de l’environnement, ce qui implique que pour : « assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs, tout ouvrage doit y être géré, entretenu et équipé. » En outre, un ensemble de plans et programmes (le SDAGE Seine Normandie,

L’installation d’une passe, moulin de Montmorency (76)

La Durdent est un cours d’eau classé en première catégorie piscicole au titre de l’article L436-5 du code de l’environnement, catégorie qui comprend les cours d’eau principalement peuplés de truites. La Durdent est aussi classée, au titre de l’article L214-17 du Code de l’environnement en liste 2. Cela signifie que pour : « assurer le

La restauration de l’ancienne pisciculture d’Héricourt-en-Caux

La Durdent est un fleuve côtier situé en Seine-Maritime. Ce fleuve est classé sur la liste 2 de l’article L.214-17 du code de l’environnement. Ainsi, dans le but «d’assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs, tout ouvrage doit y être géré, entretenu et équipé». Seulement, ce fleuve rencontre un obstacle à la continuité écologique : la pisciculture

Go to Top