Le brochet est un des poissons les plus recherché par les pêcheurs. Ce poisson au cycle de vie complexe, séjourne dans les cours d’eau et lors de la période de reproduction, les géniteurs cherchent un site propice. Ces sites, ou frayères, sont caractérisés par une faible profondeur, une eau claire avec peu de courant, une température comprise entre 6 et 12°C et par un substrat végétal qui servira de support de ponte aux géniteurs. On retrouve certaines de ces conditions dans les annexes alluviales, comme les anciens méandres, les bras morts… Cependant, de part l’activité anthropique, ces milieux sont de moins en moins fonctionnels et disparaissent.

C’est dans ce cadre-là que la Fédération de l’Aisne pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique a entrepris la restauration d’une ancienne frayère à brochet : la frayère d’Aulnois. Cette ancienne zone humide transformée d’abord en décharge a été aménagée en 1983 par l’AAPPMA de Château-Thierry (Les Amis de la Gaule) et par la Fédération avec l’appui technique du Conseil Supérieur de la Pêche (aujourd’hui OFB). Au fil des années, la frayère s’est peu à peu envasée, perdant ainsi de sa fonctionnalité. Face à ce constat, les travaux de restauration ont pu débuter en 2012, l’objectif étant de retrouver un milieu propice à la reproduction du brochet ainsi qu’à l’accueil de la biodiversité d’une manière générale.

Les travaux ont été financés par l’agence de l’eau Seine-Normandie, la Fédération de l’Aisne, l’Entente Marne et la Fédération Nationale pour la Pêche en France pour un total de 7 500 €.

De quels travaux s’agit-il ?

Les travaux ont consisté à :

  • Désenvaser le chenal central à l’aide d’une pelle mécanique
  • Dégager des saignées latérales pour faciliter le retour des poissons dans le chenal principal
  • Mélanger de la matière extraite (vase) avec de la terre végétale provenant des berges afin de favoriser le développement d’herbiers aquatiques
  • Créer des «sinuosités» le long du chemin bordant la frayère à base de vase et de terre végétale afin de constituer un sol favorable à la reprise de la végétation
  • Ensemencer en herbacées et hélophytes au niveau des sinuosités et au niveau des bordures du chemin afin de redonner au site son aspect naturel
  • Entretenir la ripisylve (zone boisée en bordure d’eau) en amont de la frayère ; ce qui a permis de faire une coupe sélective de certains troncs et branches basses afin de favoriser la luminosité sur cette partie du site.
  • Fermer définitivement la connexion amont de la frayère avec de la vase prélevée directement dans le chenal d’entrée. La connexion était déjà en cours de comblement.
Avant travauxAvant travaux
En savoir +