La restauration du Moulin de Chaudefontaine (51)

Le brochet est une espèce emblématique de nos cours d’eau. De statut « préoccupation mineure » dans le monde, il est pourtant « vulnérable » en France (liste rouge UICN). Le déclin de la population est notamment dû à la disparition de ses zones de reproduction. En effet, cette espèce dite « phytophile » a la caractéristique de pondre ses œufs sur un substrat enherbé et peu profond. On en retrouve notamment dans certaines zones humides, milieux en fort déclin malgré les nombreux services qu’ils rendent.

C’est dans ce cadre que la Fédération de la Marne pour la Pêche et pour la Protection du Milieu Aquatique a acquis un ancien bief de moulin situé en rive gauche de l’Aisne dans la commune de Chaudefontaine. L’objectif étant de rétablir une biodiversité typique des zones humides, des créations de mares, une restauration de frayère pour le brochet ont été prévues. De plus, un sentier pédagogique va être ouvert au grand public afin de les sensibiliser à l’importance des zones humides.

De quels travaux s’agit-il ?

Les travaux ont consisté en :

  • Un défrichage complet de la parcelle
  • La restauration d’une zone favorable à la reproduction du brochet dans la partie aval avec la création de 2 bras, un retalutage de la berge droite en pente douce et la suppression d’une buse (remplacée par une passerelle) au niveau du bras principal
  • La création de 5 mares sur la partie amont favorable notamment aux amphibiens
  • Le traitement expérimental d’un foyer de Renouée du Japon d’une superficie d’environ 75m².

L’acquisition de la parcelle a permis d’instaurer un programme de suivis sur le long terme. Ainsi, un accord entre la Fédération et le Conservatoire d’Espaces Naturels de Champagne-Ardenne a permis de mettre en place des suivis naturalistes (habitats, odonates et amphibiens) sur trois années consécutives. Un état des lieux avant travaux a été fait afin de pouvoir mettre en évidence une augmentation de la biodiversité 1 an, 2 ans et 5 ans après travaux. Pour compléter, la Fédération de la Marne pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques réalise un suivi piscicole « visuel » (les caractéristiques du site ne permettent pas la réalisation d’inventaire piscicole par pêche à l’électricité).

Combien ça coûte ?

Le montant total de l’opération s’élève à 88 599 € TTC, dont 10 538 € TTC ont été utilisés pour la conception du sentier pédagogique (conception des panneaux, pose de la barrière de protection…). L’Agence de l’Eau Seine-Normandie, le Syndicat Mixte d’Aménagement de la Vallée de l’Aisne Supérieure, la Fédération de pêche Nationale ainsi que la Fédération de la Marne pour la Pêche et pour la Protection du Milieu Aquatique ont participé au financement.

Retour aux actualités