La restauration d’un ancien méandre de la Vesle (02)

Le Brochet, carnassier de nos eaux douces, est un poisson très apprécié par nos pêcheurs du fait de son caractère combatif. Cette espèce, au cycle biologique particulier, remonte les cours d’eau durant l’hiver afin de trouver un lieu adéquat pour sa reproduction lors des crues printanières. Il fréquente notamment les annexes alluviales, caractérisées par de faible courant et profondeur. Le Brochet est une espèce phytophile, c’est-à-dire que les femelles pondent leurs œufs sur de la végétation herbacée. Ces œufs mettront ensuite une dizaine de jour avant de laisser place à de petits alevins qui vont se fixer sur la végétation. Il est donc primordial que l’annexe reste en eau durant toute la période de développement des larves, soit 8 à 12 semaines.

Or, ce n’est que rarement le cas dans la Vallée de la Vesle, et notamment sur la Vesle. En effet, les variations importantes et rapides des niveaux d’eau en période de crues provoquent la mort des pontes qui se retrouvent exondées.

Fort de ce constat, c’est en 2014 que la Fédération de l’Aisne pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique s’est proposée maître d’ouvrage, afin d’aménager un ancien méandre de la Vesle encore en communication avec la rivière en période de hautes eaux. Cette zone a été identifiée par le Syndicat Intercommunal d’Aménagement des Bassins Aisne VEsle Suippes dans le cadre de son Plan Pluriannuel de Restauration et d’Entretien ainsi que dans le Plan de Gestion Piscicole de l’AAPPMA de Braine.

Ce site présente plusieurs atouts pour le projet :

  • Cette zone est propice au débordement de la Vesle, ce qui va favoriser sa mise en eau
  • La dépression naturelle présente sur le site permettra de limiter les quantités de terre végétale à déblayer

De quels travaux s’agit-il ?

La parcelle en question est propriété de la commune qui fait partie intégrante du projet ; une convention  quadripartite (AAPPMA, Fédération, commune et SIABAVES) a été signée pour l’entretien et la gestion de la frayère.

Les travaux ont consisté à :

  • Déboiser les berges et la parcelle. Cela va permettre de favoriser l’ensoleillement du site, et ainsi, la croissance de la strate herbacée, support de ponte des espèces phytophiles.
  • Du terrassement avec export de terre de manière à augmenter la surface inondable . Cela va aussi permettre de favoriser la communication avec la rivière. La totalité de la terre terrassée est de l’ordre de 300m³ et a été exportée sur une parcelle communale.
  • Ensemencer la zone avec un mélange de graminées (fétuques) et d’herbacées de type ray-grass.

Combien ça coûte ?

Les travaux auront coûté 5 688 €. Ce projet aura été financé par l’Agence de l’Eau Seine-Normandie, l’Entente Oise Aisne, la Fédération Nationale pour la Pêche en France et par la Fédération de l’Aisne pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique.

Retour aux actualités